Précédente Accueil Remonter Suivante

 

Xenius - La guerre au volant

Comment éviter les incivilités routières

 

 ARTE Xenius

Emilie Langlade & Adrian Pflug

© WDR 2019 ARTE.TV/XENIUS

arte.tv/xenius-la-guerre-au-volant/

 

Introduction

Allemagne / Europe

Rouler vélo / voiture à Utrecht

Enervement au volant

Accidents à vélo à Essen

Parking 5000 places d'Utrecht

Conclusion

 

 

 

La guerre au volant

Comment éviter les incivilités routières

 

Sur les autoroutes, les chauffards et les conducteurs trop pressés provoquent des accidents mortels ; en ville, les piétons et les cyclistes sont un véritable gibier. L'encombrement des rues crée le danger et provoque des embouteillages monstres.

Que pouvons-nous y faire ?

Des limitations de vitesse sur les autoroutes et plus d’espace pour les vélos dans les villes, voilà qui serait déjà un bon début !

Utrecht 2011

Introduction

 

Emilie Langlade & Adrian Pflug (Xenius)

Aujourd'hui, nous allons voir que la guerre au volant n'est pas une fatalité.

Pour cela, on est venu se balader dans les rues d’Utrecht aux Pays-Bas.

Une des meilleures villes cyclables du monde.

Il n'y a pas de voitures au centre ville

Lui en voiture, nous à vélo.

5,6 km pour y arriver.

 

Allemagne / Europe

La conduite libre pour des citoyens libres.

C'est la devise en Allemagne où l'automobile règne.

 

3 affirmations

"En Allemagne, la voiture est prioritaire"

"Les amendes ne sont pas très élevées"

"Juridiquement, tous les usagers sont égaux".

Mais on sait bien que c'est le plus fort qui gagne.

 

Prof Dr Bernhard Schlag : Un comportement agressif peut apparaître en cas de conflit de ressources.

C'est le cas lorsque différents usagers de la route se partage le même espace, au même moment et que cet espace est trop petit.

La limitation de vitesse réduit considérablement la cohue et la peur que cette situation peut susciter.

Quand le trafic est plus fluide, Il y a moins de stress et moins d'accidents

Quand à ceux qui adorent foncer ils ne peuvent plus s'imposer et faire passer leur propre intérêt avant ceux des autres.  

 

Rouler vélo / voiture à Utrecht

 

Emilie Langlade (Xenius)

De mon côté, j'ai trouvé très agréable de me déplacer à vélo.

Il faut dire que j'aime beaucoup faire du vélo et ici je me sens en sécurité.

Je comprends très bien pourquoi les habitants d'Utrecht préfèrent prendre le vélo.

C'est sympa et cela fonctionne très bien.

Et puis cela ne coûte pas beaucoup d'argent.

 

Causes de l'énervement au volant

 

 

Pourquoi on s'énerve aussi facilement au volant ?

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène.

 

1 - Conduire est stressant

Quand nous allons au travail, nous sommes pressés d'arriver. Nous sommes nombreux à mener une course contre la montre tout en subissant le bruit, l'air vicié et le manque d'espace. Enfermé dans une boite de tôle, nous devons faire fonctionner la voiture, assimiler des informations, faire attention aux multiples dangers et tout cela en communiquant avec les autres. Conduire est un processus complexe et stressant même si nous n'en avons pas toujours conscience. Si en plus, quelqu'un nous double, nous nous sentons provoqué et réagissons avec colère.

 

2 - Les émotions prennent le dessus

C'est le deuxième facteur qui explique notre comportement au volant.

La colère nous pousse à nous imposer. Plus question de céder. Nous sommes prêt à nous battre. Nous allons dépasser coûte que coûte ce camion !

 

3 - La communication est limitée

Tout ce que nous percevons des autres automobilistes ce sont leur conduite et des signaux lumineux. Tous les éléments importants de la communication comme les mimiques, la gestuelle et les mots n'ont pas lieu en voiture.

Nous ne savons rien de l'autre dont ne nous percevons que le reflet dans le rétroviseur. Nous sommes seuls avec nous même avec nos certitudes et nos préjugés.

En voiture, nous n'avons qu'un seul point de vue et du coup nous jugeons souvent la situation au détriment de l'autre. C'est ce qui nous met en colère.

 

4 - L'absence de contrôle social

Et puis, il n'y a personne pour nous freiner.

En voiture, nous sommes anonymes, seul, et nous pouvons nous laisser aller sans risque de sanctions.

 

5 - La voiture est un refuge

C'est d'ailleurs ce qui fait de la voiture un endroit si particulier.

Pour la plupart d'entre nous, la voiture est plus qu'un moyen de transport ou un symbole de réussite social.

C'est un lieu où nous pouvons respirer. Nous nous sentons protégé et libre.

Nous pouvons laisser libre cours à nos sentiments.

On est chez soi dans sa voiture et à chaque trajet, notre sphère privée s'étend y compris sur la route.

Tout ce qui se trouve devant la voiture fait partie de notre territoire.

Et plus nous roulons vite, plus ce territoire grandit.

Nous n'apprécions pas que quelqu'un pénètre dans ce territoire et nous réagissons en conséquence.

De nombreux facteurs provoquent cette colère que nous ressentons parfois au volant. Nous réagissons comme un animal qui défend son territoire

Que nous le voulions ou pas.  

 

 

Analyse accidents à vélo à Essen

Accidents vélos à Essen Classés

6 - le manque d'espace pour doubler.

5 - les accidents impliquant les cyclistes et un véhicule à l'arrêt (portière ouvrante ou quitter stationnement).

4 - les vélos électriques (cycliste qui roule trop vite ou ne fait pas attention à son environnement) - Les cyclistes âgées ont moins de réflexes.

3 - collision frontale entre cyclistes.

2 - cycliste à contre-sens.

1 - accident solitaire : le cycliste chute seul. Par exemple : rail du tram.

 

La société devient plus brutale et cela se reflète aussi dans la circulation routière.

La hausse générale du trafic entraîne davantage d'accidents.

De nombreux experts préconisent d'encourager le vélo pour alléger le trafic autoroutier mais les villes ne sont pas équipées pour cela.

 

Si vous voulez réellement augmenter le trafic cyclistes alors il faut plus d'espace.

 

PS : Les portables provoquent de plus en plus d'accidents (S&V 1230)

 

Parking 5000 places d'Utrecht

 

Le parking à vélo

Plus de 5000 places

 

Conclusion

Adrian Pflug (Xenius)

Rouler en voiture dans une ville dédiée aux vélos, ce n'est vraiment pas agréable. C'est même horrible. Cela m'a énormément stressé.

J'étais sans arrêt sur le qui vive parce que j'avais peur que des vélos arrivent de partout.

 

Emilie Langlade (Xenius)

Moi, j'ai fait l'expérience inverse. Je suis très impressionnée par l'harmonie qu'il y a entre les cyclistes. Ils ne s'énervent jamais. Ils sont attentifs les uns aux autres. C'est vraiment chouette. Mais c'est peut-être culturel.

 

Faire d'une ville, une ville cyclable, cela doit prendre des années. Voir même des dizaines d'années. Mais je pense que cela vaut le coup. C'est si tranquille ici. Les gens sont vraiment relax.

L’expérience nous a convaincu.

 

Précédente Accueil Remonter Suivante