Précédente Accueil Remonter Suivante

Géographe

 

 

 

Nous avons l’habitude de parcourir notre région à vélo.

Nous la connaissons bien mieux que la plupart des gens qui nous entourent.

Nous savons en apprécier les paysages.

Nous avons en tête l’aspect, la difficulté de la plupart des côtes qui sont toujours un moment « fort » dans la sortie. Certains les redoutent car la gravité est vraiment importante et l’effort fourni n’est jamais négligeable.

Personnellement, à cause de mes nombreux reportages et sorties, je suis arrivé à une nouvelle approche de notre région :

je l’appréhende aujourd’hui avec un esprit de géographe.

Cela veut dire quoi ?

Cela veut dire que je ne me contente plus d’appréhender une côte pour sa difficulté mais je la rattache à sa géographie :

- de quelle vallée s’agit-il ?

- où se trouve la rivière ?

- comment se nomme-t-elle ?

- de quel coteau s’agit-il ?

- rive droite ou rive gauche ?

Rien de très compliqué !

Tout à l’heure, avec Jean Claude, dans la descente du déluge, j’observais l’étendue de cette vallée. Le point de départ, sa largeur. Arrivés à Marcoussis, nous avons repéré où passait la « Sallemouille » puisque c’est d’elle qu’il s’agit.

La côte de l’Escargot, c’est le coteau rive gauche. Le déluge, c’est le coteau rive droite.

Plus tard, en continuant sur le plateau après l’Escargot, j’ai proposé à mes deux compagnons de rejoindre la vallée du « Rouillon » par Nozay et la nouvelle route.

 

Daniel Clerc

PS : sur la photographie aérienne : à gauche, l'autodrome de Montlhéry - au milieu de la vallée : le Centre National de Rugby de Marcoussis.

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante