Précédente Accueil Remonter Suivante

 

Réponse à un questionnaire

 

Entretien avec Monsieur Clerc Daniel

Questions générales

 

1- Où habitez-vous? (communes)

Villiers sur orge – natif de Morsang sur orge

2- Quelle est votre tranche d'âge?

58 ans

3- Quelle est votre profession (si retraité, avant la retraite)?

Instituteur à la retraite.

4- Vous semblez aimer les rivières, d'où cela vous vient?

Du plus profond de moi !

L’eau c’est la vie :

- l’origine de la vie

- milieu aquatique dans le ventre de ma mère !

- au bord de mer, demandez où vont se promener les gens – dans les terres ?

- pourquoi Louis XIV a fait de tels travaux à Versailles pour récupérer de l’eau partout !

- les gens s’agglutinent sur les côtes/les fleuves/les rivières...

- j’ai traversé des déserts à vélo (Californie – Utah) et j’ai souffert de la chaleur et du manque d’eau – c’est toujours enrichissant de vivre dans un autre milieu !

5- Qu'est ce qui vous plaît dans ces endroits?

Quiétude – sérénité – lieu où il y a de la vie : les promeneurs/les sportifs/les animaux (mais pas la vie qu’on rencontre dans les supermarchés/stress) -  Evolution des saisons et de tout ce qui va avec.

6- Lors d'une sortie, quelles sont vos activités?

Marche – vélo – observation faune/végétation – réflexions – photos des êtres vivants (animaux/humains/végétaux) qui y vivent ou qui passent.

7- Donnez-nous 3 ou 4 mots qui caractérisent pour vous le mieux de la rivière?

Eau – vie – végétation – animaux - écologie

8- Pensez-vous, qu'une rivière participe à la qualité de vie de la commune? A son cachet?

Pas vous ? Et pourtant on constate, par rapport au nombre d’habitants très important, que, finalement, peu de personnes fréquentent ce lieu.

Questions particulières sur l'Orge

Parlons maintenant du sujet qui nous intéresse au plus haut point : l'Orge !

 

9- Vous promenez-vous souvent sur l'Orge? Fréquence? Durée? Seul ou accompagné?

Presque tous les jours à différent endroits (en fonction de mes reportages photos et de mes sorties vélo VTT/route ou sorties avec ma classe) – 1 à 3 heures – seul à VTT ou avec les cyclistes de mon club – seul en temps que photographe – en famille dans le temps – avec mes élèves dans le temps.

10- Quels sont vos lieux de promenades sur l'Orge? Que venez-vous y faire?

- Sainte Geneviève des Bois/Villiers sur Orge/Saint Michel/Longpont : à pied

- partout ailleurs à VTT (Villiers/seine) ou (Villiers/Arpajon) – en amont jusqu’à la source: à vélo (route)

11-Donnez-nous 3 ou 4 mots qui caractérisent pour vous le mieux l'Orge?

Rivière de ma vie !

Je suis né à Morsang sur orge. Je me suis baigné dans l’orge quand j’avais 6 ans (sangsues & pollution)

Je faisais mon catéchisme dans le parc de Morsang : on jouait au foot à côté du château – on descendait jusqu’aux étangs.

J’habite Villiers sur orge.

12-Qu'est-ce qui vous plaît sur l'Orge?

A vélo (300 à 400 km par semaine), je parcours continuellement, seul ou en groupe, les vallées en Essonne et en Yvelines. La plupart sont vraiment charmantes. Les plateaux ne sont que des transitions !

La pratique du VTT (à partir de 1995) et les aménagements des sentiers le long des rivières m’ont permis une nouvelle approche de ces vallées. Il y a la facilité des sentiers plats qui longent la rivière et le côté sportif des grimpées des coteaux pour quitter les vallées (70 m à 150 m en altitude – dénivelé : 80 m souvent)

13- La photo vous passionne, vous possédez un site internet... il n'y avait qu'un pas à franchir pour publier des photos de rivière (et en particulier de l'Orge) sur votre site? Racontez-nous cette expérience!

Mon site est consacré au vélo, aux cyclistes et au tourisme qui va avec.

Les reportages, avec un grand nombre de photos, me permettent de couvrir mes sujets.

Mon public (6000 visites par mois) est un public de cyclotouristes, de vététistes qui aiment les petites routes, les sentiers, les balades à travers notre région. Les instants que nous passons le long des rivières sont toujours des moments privilégiés. L’allure est souvent plus faible que lorsque nous sommes sur les plateaux monotones parce que le fond des vallées nous incite à nous préoccuper davantage du cadre paysager.

Naturellement, j’ai photographié mes parcours à VTT avec d’autres membres de mon club ou seul en pensant que ces reportages pourraient contribuer à faire connaître cette vallée et donner envie aux autres de l’explorer plus complètement.

Ensuite, pour aller plus loin, j’ai décidé de photographier mes élèves, les animaux, les sportifs, les passants dans le cadre de cette vallée !

Un exemple :

Lundi 4 mai 2009, j’ai fait un reportage photo à Saint Chéron (Orge). Nous passons très souvent dans cette petite ville à vélo mais sans nous arrêter. Quand je fais mes reportages, j’explore tout le village à la recherche de ce qui est caractéristique. Mes sens sont alors à 100%. Je suis pleinement photographe. Ils ont fait un aménagement autour de l’orge. Il faisait vraiment beau (ciel sans nuage) et doux. Il y avait des étangs et des canards (avec leurs petits). J’ai pu faire de bons clichés.

La verdure, l’eau, les oiseaux & leurs petits, la lumière (les contre-jours), les ponts, les pelouses, la sinuosité de la rivière, les étangs et les racines des arbres, la satisfaction d’avoir fait de bonnes photos  pour mon site ont fait qu’un véritable bonheur (plaisir) m’a envahi.

14- Quel est votre but pour ce site (et surtout les photos de rivière)?

Donner du plaisir aux gens à travers mes photos – promouvoir ma région à travers le vélo et le tourisme (Essonne/Yvelines) – faire rêver les gens avec mes reportages sur des pays plus lointains – donner une idée sur l’écologie – montrer mes élèves dans leurs activités de découverte du milieu.

Votre avis sur l'Orge

 

15- Pour vous l'Orge est une rivière naturelle ou artificielle? Pourquoi?

Rivière naturelle aménagée !

16- Pour vous, l'eau est-elle de bonne qualité?

Je ne la boirais pas ! S’il y a pollution, elle n’est pas très visible

17- Vous semblez être un promeneur pratiquant les rivières depuis un moment, avez-vous vu des aménagements ou des améliorations des rivières (en particulier de l'Orge)? En mieux? En moins bien?

Je connais l’Orge depuis 57 ans !

J’ai vu construire les berges en béton à Morsang. J’ai vu détruire les berges en béton à Morsang !

J’ai connu la vallée de l’orge sans aucun aménagement.

J’ai campé à 10 ans avec les éclaireurs à Longpont !

La vallée de l’orge (entre Morsang et Arpajon) c’est devenu un paradis aménagé : je ne m’en plains pas.

La fréquentation devient de plus en plus importante (mais sans excès) le samedi et dimanche : tant mieux !

Si je veux trouver quelque chose de plus naturelle, il me suffit d’aller me promener dans d’autres vallées ou en amont de l’orge.

18- Connaissez-vous des risques associés à cette rivière? Si oui, lesquels?

L’aménagement a été important pour endiguer les crues et séparer les eaux pluviales des eaux polluées.

19- Ceci vous dérange-t-il en tant que simple promeneur?

Je me sens bien dans cette vallée : quand je vais dans cet endroit, c’est pour retrouver mes racines : la nature.

20- En conclusion, si vous aviez une baguette magique qu’est-ce que vous changeriez sur la rivière?

Je pense aux animaux : c’est eux qui ont le plus besoin d’une eau claire et de la nourriture saine !

Merci.

Florian T. et Saliha B.

Etudiants en géographie à la Sorbonne

Enquête pour le CNRS

 

Ma réflexion sur le rôle de l'école :

 

 Dehors !

Dans la classe, c'est bien. Mais dehors, il y a des choses à voir et à faire !

L'envie d'apprendre, je la puise dans le monde qui nous entoure !

J'ai programmé une séance par semaine dans mon emploi du temps. Généralement, c'est l'après midi de 13 h 30 à 15 h. Bien sûr, la météo doit être clémente. 20 à 25 sorties par an.

Avec 2 classes, il y a trop d'enfants. Je préfère l'intimité de ma classe.

Ce qu'il faut savoir, c'est que dans un groupe, ce sont toujours les relations humaines qui prédominent. Mais comme ces sorties sont fréquentes et régulières, les enfants vont petit à petit s'ouvrir à l'extérieur.

Physiquement, ils vont progresser. La gravité est toujours présente mais leurs muscles entraînés leur permettront de parcourir des distances de plus en plus importantes : le rayon d'action et les découvertes qui vont avec vont augmenter. En fin de sortie, il y a la fatigue (cerveau et muscles) qui s'installe et la réceptivité qui faiblit. C'est normal. On fait des pauses. Vous avez dit 'activité physique' ?

Au début, ils partent dans l'inconnu. Certains ne connaissent même pas leur quartier. Une phrase célèbre dans le monde enseignant : il faut munir les démunis !

Il y a donc un esprit de découvertes à éveiller. Nous sommes des explorateurs. Et nous avons envie de connaître notre monde !

Au cours de l'année, les ramifications des itinéraires parcourus vont s'interconnecter : 'là, je ne connais pas ou je ne m'en souviens pas. Ah, là, je connais. On est déjà passé par là. L'école, c'est encore loin ? Ah, oui, je sais comment on peut retourner à l'école !'

A la fin de l'année, ça donne ça !

L'itinéraire en vert, c'est la sortie à la tour de Montlhéry. 9 km dans la journée.

Je confie parfois aux CE1 un plan ou une photo aérienne avec un itinéraire (simple) dessus.

De retour en classe, on travaille sur la photo satellite papier ou en salle informatique.

Rien ne remplace le vécu ! C'est une fois que le vécu est bien appréhendé que l'on peut travailler sur des documents en classe.

Vous avez dit 'espace' ?

Nous avons la chance d'être dans une vallée avec deux rivières, un parc, des coteaux, un milieu urbain différencié (pavillons, immeubles, zones commerciales, gare). Avec des villes comme Villiers, Sainte Geneviève et Longpont qui ont leur identité (histoire). Vous avez dit 'géographie et histoire ?'

 

Il y a des milliers de choses à observer dehors :

 

Les paysages. Les changements de la lumière qui modèlent les paysages. Les ombres qui nous informent où se trouve le soleil !

Le relief avec les deux rivières qui coulent en bas. Les coteaux de chaque côté. La gravité qui fait descendre l'eau (de pluie) et le courant.

Les saisons dans le parc.

La météo qui nous oblige à nous habiller (isoler) en conséquence.

La gravité qui nous fatigue et nous oblige à nous reposer.

L'eau et la glace.

Les différents type de végétaux et leur reproduction (fleurs et graines).

Les animaux : les chevaux, les oiseaux, les insectes, les décomposeurs, les humains qui promènent leur chien !

Les aménagements de l'homme : les sentiers, les bois entretenus, les inondations provoquées (on regarde les personnes qui travaillent au syndicat de l'Orge).

Les frontières des différentes communes.

L'habitat : l'année dernière, on est allé plusieurs fois (au retour des sorties) voir l'évolution d'une maison en construction. Dans le quartier, on a observé qu'il y a des maisons plus anciennes que d'autres. En regardant les cartes postales anciennes, on a pu constaté, qu'au début, il y avait des cultures ou des prairies !

Les cimetières avec la réflexion sur la durée de vie. Naissance, vie et mort. La reproduction qui permet à la vie de continuer.

Les églises. Les mairies. Les stades.

Le danger des voitures. Les aménagements pour la sécurité. Les règles de sécurité sur les trottoirs et les passages protégés.

Le lieu des résidences : on passe devant la maison ou l'immeuble des élèves.

Le lieu des commerces.

Les médecins, les pharmaciens.

Les travaux. Les constructions avec les hommes et leur machine-outil.

Les transports : bus, trains, voitures, avions !

 

Il faut du temps pour que les enfants s'approprient tout cela. Mais ce n'est pas du temps de perdu !

Les reportages photos que je fais en même temps permettent de 'fixer' les lieux et de consolider la mémoire et la chronologie. Lors des diaporamas, on peut mettre en pause et faire parler les enfants : c'est leur vie. C'est leur vécu. Il n'y a plus rien d'artificiel. L'école est un lieu où on essaye de comprendre tout ce qui nous entoure.

A notre époque, où les enfants passent de plus en plus de temps devant un écran (télé ou ordinateur), l'école doit leur proposer une ouverture sur l'extérieur. Les confronter à l'écologie, au monde réel, à leur histoire, c'est fondamental.

 

Instants d'école

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante