Précédente Accueil Remonter Suivante

 

Traumatisme crânien

Semaine fédérale de Crest 

 

Nous nous sommes retrouvés à Crest dans la Drôme pour la semaine fédérale de cyclotourisme. 13 000 inscrits. Cela va faire du monde sur les routes !

Le samedi, nous nous sommes promenés dans la ville. Nous avons cherché nos repères : les courses, les loisirs, les visites, l’organisation, les circuits, les amis, les marchands…

Le dimanche, j’ai participé à la montagne ardéchoise. 150 km dans une région très agréable que nous avions déjà parcouru pendant la première semaine CCI. Le matin, j’ai roulé avec un coureur UFOLEP d’un bon niveau. Il faisait le parcours en se baladant. Moi, parfois, j’étais dans le rouge surtout qu’il me manquait l’entraînement de montagne…

Lundi, 140 km : c’était la Provence et au loin le Ventoux. J’ai roulé avec Jean Guy, Philippe et Raoul, les membres de mon club mais d’une manière désordonnée. Pendant ce temps, Doro et les enfants sont allés visiter la tour de Crest, voir une exposition puis ils sont allés à la piscine l’après-midi.

Mardi, nous avons pédalé en famille sur le petit circuit. Florian a dépassé les 60 km ce jour là. Lui aussi était en forme. Il doublait des cyclotouristes dans les côtes. Beaucoup l’encourageaient. Il adorait cela ! Le midi, au point d’accueil, il y avait vraiment beaucoup de monde. Alors, nous sommes retournés dans la petite ville et nous avons fait nos courses chez une épicière. Elle nous a proposé son jardin au bord d’une rivière  pour notre pique-nique !

Mercredi, 150 km dans l’Ardèche avec des portions très sportives sur les portions plates. Dans ces moments-là, il ne faut pas gaspiller ses forces mais plutôt gérer l’effort pour pouvoir durer ! Le matin, j’avais roulé avec Philippe.

Jeudi, il ne faisait pas beau. Nous sommes allés pique-niquer avec Jean-Guy et Isabelle et leurs trois enfants. Les sorties familiales avec plein de mômes, c’est vraiment sympa !

Vendredi 10 août, c’était une grande sortie dans le Vercors. 200 km. Au programme, l’ascension du col de Rousset et la Combe Laval.

J’ai bien nettoyé mon vélo. J’ai changé les pneus par sécurité, l’avant était usé et l’arrière avait une section de 30 pour porter Clément sur le siège. Je me suis allégé car je veux bien grimper les cols. J’hésite un peu pour le casque et puis je me dis qu’il risque de faire chaud et qu’il va m’embêter dans les montées alors je le laisse dans la voiture.

Je suis parti tôt. Quand je suis arrivé à la restauration, Raoul, lui était sur le départ.

Dans la montée vers Die, la route était agréable. Il faisait frais. Le soleil pointait son nez. Je me suis arrêté un court instant au ravitaillement car je savais que la journée allait être longue.

Dans l’ascension du col de Rousset,  je me suis fait doubler par six cyclotouristes sportifs. J’ai changé de rythme et j’ai intégré ce groupe. Nous avons monté à 16 à l’heure.

Le col est tout en lacet. Le vent était très violent. Je m’abritais comme je pouvais dans un sens et nous récupérions dans l’autre sens. Mon altimètre me renseignait sur le dénivelé restant à gravir.

Au col, nous avons mis notre coupe-vent : le panorama est magnifique mais le vent était très froid. Nous nous sommes engouffrés dans le tunnel et bien sûr de l’autre côté, cela ressemblait à l’hiver : c’est une caractéristique du col de Rousset. Il y avait du brouillard. J’ai descendu avec Raoul en récupérant du gros effort que je venais de faire.

Le Vercors est rude. Je voulais faire le grand parcours pour revoir des paysages déjà admirés lors de mes voyages avec Dorothée.

Les cyclotouristes qui font ces parcours sont des randonneurs. Ce sont des gens qui roulent régulièrement à allure soutenue. C’est l’entraînement qui permet cela.

La montée qui nous attendait devait être difficile : par le pourcentage et par le moment (en pleine digestion) mais en haut, le panorama devait être la récompense.

J’ai laissé partir Raoul. C’est bon pour le moral. Pendant ce temps, je suis resté pour me laver au robinet. J’ai l’impression de repartir à neuf quand je fais cela. J’avais une petite gêne au genou gauche et l’eau froide m’a fait du bien.

J’ai monté à mon rythme vers le col de Gaudissart. J’ai attendu à la Combe Laval. Je me suis imprégné du paysage.

Le vent était froid alors j’ai décidé de monter jusqu’au col de la Machine. Là, Raoul est arrivé avec le sourire et ravi d’avoir fait ce circuit.

Nous nous sommes ravitaillés. Le plus dur était derrière nous et il nous restait une soixantaine de kilomètres pour rejoindre Crest.

 

Trou noir.

Je suis étendu sur le bas côté en position de sécurité. Il y a quelqu’un qui est agenouillé derrière moi et qui me soutient…

Ma tête me brûle. Ma conscience revient par bride.

- Qu’est ce qui c’est passé, qu’est ce je fais là ?

- Vous avez eu un accident. Mon fils vous est rentré dedans. Je suis son père. Je suis pompier. Les secours arrivent…

Je suis pris de terribles tremblements. J’arrive à me détendre.

Un photographe me demande :

- Vous pouvez me dire votre nom, votre âge.

Je lui donne les réponses. Je cherche dans ma mémoire. Semaine fédérale. Vélos. Camping C2. Emplacement 365 peut être. Dorothée et les enfants. Numéro de portable. Il prend note.

- Je vous remercie de m’occuper de moi.

 

Je sens dans mon cerveau une brutale hémorragie qui m’inonde et qui m’étourdit.

Les pompiers arrivent. Transport dans une coque. Masque à oxygène que je ne supporte pas. Quelques kilomètres plus loin, arrêt. Ils m’informent que l’hélicoptère arrive avec deux médecins à son bord pour m’acheminer à Valence. Tout va très vite.

Aux urgences, je passe un scanner. Puis je suis transporté à la radiologie pour vérifier l’état de la colonne vertébrale et la clavicule.

Le neurologue vient me voir. « Il faut vous opérer ».

(Traumatisme crânien, fracture temporal-occipitale droite et du rocher droit, hématome extra-dural temporal basal droit avec contusion frontale gauche et hémorragie méningée pariétale gauche – fracture de la clavicule : c’est ce qui est inscrit sur le certificat médical initial !).

Une infirmière arrive avec un téléphone. « C’est votre femme ». Je l’informe mais je dois avoir une voix un peu lointaine et cela ne rassure pas Dorothée…

Je suis emmené au bloc opératoire. L’anesthésiste se présente.

 

Trou noir.

Dix jours d’hôpital où je vais reconquérir petit à petit une partie de mes moyens. Dorothée me soutiendra pendant cette période difficile. Elle dort dans un hôtel à Valence.

Comme d’habitude, elle a tout organisé. Avec l’aide de nos amis Jean Guy et Raoul, les enfants, la voiture et le vélo ont été remontés à Villiers. Puis c’est Olivier, Roselyne et Mamie qui ont pris en charge nos gamins.

Le mercredi 22 août, nous avons quitté l’hôpital de Valence en ambulance.

Le lendemain, j’ai retrouvé mes enfants. Au début, ils ont été impressionnés par la nouvelle coiffure (tondue) de leur papa !

Depuis, j’ai eu le témoignage de sympathie de nombreuses personnes et cela m’a vraiment beaucoup touché. Si j’ai écrit ce récit c’est pour me rassurer et les rassurer également. Au début, j’avais du mal à trouver mes phrases (idées et structure).

Les spécialistes n’arrêtent pas de dire que je reviens de loin…

Cela fait un mois que je suis tombé et je viens de commencer la rééducation de mon épaule. La clavicule se ressoude mais il y a une proéminence qui me gêne. La paralysie faciale est encore importante sur le front mais j’ai retrouvé deux rides. Je suis encore à moitié sourd d’une oreille mais il y a eu des progrès ce qui vaudrait dire que le nerf n’est pas coupé. J’ai encore du mal à ouvrir la bouche. J’ai une grande cicatrice autour de l’oreille. Le cerveau va assez bien. J’arrive à réfléchir malgré les médicaments qui m’endorment un peu. J’ai des problèmes d’équilibre mais assez faibles.

Tous les jours, je fais une balade. Elle est de plus en plus longue.

Ma voisine vient de rentrer de la maternité. Elle vient d’avoir deux jumelles. La vie continue !!!

 

Daniel Clerc

 

Précédente Accueil Remonter Suivante