Précédente Accueil Remonter Suivante

Numération

Méthodologie en début de CP

 

 

1) Révision des mots (unités) : 0 à 10

nombres_0___10

2) Fabrication des barres de 10 (les hommes ont dix doigts). Il reste des objets tout seul.

barres_fabriquer

3) Mémorisation des mots (dizaines) : dix, vingt, trente, quarante, cinquante, soixante

memorisation_dizaines

4) On revient en 1) puis on continue…

5) Fabrication des barres de 10. Il reste des objets tout seul. On écrit sur une petite feuille le nombre de barre à gauche et le nombre d’objets tout seul à droite.

barres_ecrire

6) on revient en 1) puis on continue…

7) Sur la feuille, on entoure des objets (puis plus tard des croix qui remplacent n'importe quel objet - c'est plus rapide à dessiner) par 10 en bleu (groupements de 1° niveau). On coche pour faciliter les choses.

compterentoure_niveau_1

8) On change de bases avec un petit extra-terrestre qui a 8 puis 4 doigts… La transposition permet de mieux comprendre.

9) On propose des quantités où les groupements de 2° niveau vont être nécessaires : on entoure en rouge. Dans un premier temps, on entoure les objets en bleu (en regardant le nombre de doigts du bonhomme). Tant que cela est possible. Puis on passe à la couleur rouge. Tant que cela est possible et en restant dans la même base.

A ce moment là, parmi les élèves, des erreurs vont se produire. C’est normal. Tous les enfants ne comprennent pas du premier coup.

Quelques erreurs : On entoure en bleu, puis on entoure en rouge le même paquet. On ne respecte pas les couleurs. On ne respecte pas l’ordre des couleurs (bleu puis rouge). On ne respecte pas la base. En bleu, ça va, mais en rouge, la base n’est plus bonne. On n’entoure pas jusqu’au bout (tant que cela est possible).

Les premières séances, les plus forts vont se révéler. On peut utiliser leur travail pour aider les autres. Petit à petit, les choses vont se mettre en place.

10) On propose des quantités et des bases où les groupements de 3° niveau vont être nécessaires : on entoure en bleu, puis en rouge puis en vert. Les petites bases 3, 2 permettent d’y arriver sans avoir trop de données à manipuler et ayant l’avantage d’avoir une bonne visibilité dans la logique employée.

entoure_niveau_3

11) On revient en 3) puis on continue…

12) On introduit le tableau du nombre. On apprend à mettre au bon endroit les résultats (les paquets de plus en plus gros à l'envers).

compter_03tableau_nombre_03

On peut mettre dans le tableau le dessin d'un paquet rouge, d'un paquet bleu et d'une croix (qui remplace n'importe quel objet)

On travaille (beaucoup) sur les lignes et les colonnes. Sur l’intersection d’une ligne et d’une colonne.

13) On revient en 10) puis on continue

14) On refait le 3) tant que la mémorisation n’est pas sûre puis on continue.

 

15) Au tableau, à partir du tableau du nombre, on va dessiner les paquets bleus et les croix toutes seules (Au lieu de dessiner des croix et d’entourer pour faire les paquets) et on demande de dire les mots.

A ce moment, si les enfants ne comprennent pas, en retravaille le 12)

16) On change la quantité de paquets bleus, mais pas les croix toutes seules. Et ont fait dire les mots. De plus en plus vite.

lire_paquets_01

Exemple : vingt trois, quarante trois, soixante trois, dix trois (!), trente trois

 

17) On ne change plus la quantité de paquets bleus (par exemple trente) mais on change la quantité d’objets tout seuls. Et on fait dire les mots. De plus en plus vite.

lire_paquets_02

Exemple : quarante deux, quarante six, quarante neuf, quarante zéro ( !), quarante huit…

18) On revient en 15) avec d’autres exemples puis on continue quand l’acquisition devient meilleure.

Nb : il faut bien faire compter les mots.

Les enfants commencent à bien comprendre la relation entre les paquets de dix (dizaines), les objets tout seul (unités) et les mots employés.

19) On aborde quelques anomalies :

2 paquets bleus et une croix toute seule : trois mots (vingt et un)

1 paquet bleu et zéro croix : un mot (dix au lieu de dix zéro)

A ce moment là, on peut leur faire dire le mot quand il n’y a aucun objet : zéro (Alors que lorsqu’il y a un ou des paquets bleus et aucun objet tout seul : pas de zéro dit)

Remarque : le problème des mots de 11 à 16 n’est pas une priorité pour l’instant. Il faut bien comprendre que ce sont des anomalies. L’essentiel, c’est de comprendre, à cette période de l’apprentissage, le fonctionnement de la numération. Donc, si un élève dit : dix trois (13), l’enseignant peut lui dire qu’il a compris. Et que ce nombre se dit en réalité treize.

20) On recherche quand on doit employer le mot « et » : des paquets bleus et une croix toute seule.

21) On dessine au tableau des paquets rouges, bleus et des croix toutes seules. Les élèves doivent remplir le tableau du nombre.

22) Au tableau, on remplit le tableau du nombre. Les élèves doivent sur leur feuille dessiner les paquets (rouge, bleu, croix).

C’est une étape importante. On leur dit : « N’invente rien. Cherche l’information dans le tableau du nombre »

Il faut qu’ils fassent la relation entre le dessin du paquet (couleur) ou de la croix et le chiffre écrit.

La symbolisation des paquets permet de concrétiser les choses. Cela se voit.

Les couleurs permettent de mettre en évidence les différents niveaux de groupements. Cela se voit.

23) On retravaille le 15) puis on continue

24) Fabrication des barres de 10. On donne à chaque élève un nombre variable de blocs. Ils trouvent. Au tableau, on dessine 4 paquets bleus et 6 croix (par exemple). Chaque élève doit enlever (s'il en a en trop) ou rajouter (s'il n'en a pas assez) jusqu'à avoir sur la table le nombre imposé.

25) Au tableau, on écrit les mots (dizaines) : dix, vingt, trente, quarante, cinquante, soixante.

26) On écrit des nombres : 22 44 55 66. On fait lire chaque chiffre séparément et on se rend compte que parfois '2' se dit 'deux' et parfois '2' se dit 'vingt'... suivant sa position.

Remarque : tous les enfants lisent ensemble. Au début, ce sont les plus forts qui répondent. Mais les plus faibles entendent ces réponses et petit à petit ils les mémorisent.

27) On commence à leur parler des méchants et des gentils. On mets à leur disposition ce tableau :

gentil_mechant

Les enfants sont ravis de se rendre compte qu'avant ils ne comprenaient rien au onze, douze... seize et que finalement, ce ne sont pas eux les responsables !!!

 

  Numération - Opérations       Problèmes     Photos math CP     Photos math CE1

 

 

Précédente Accueil Remonter Suivante