Accueil Remonter Suivante

Révolution mondiale nécessaire

Synthèse

Sécurité routière

Réfléchissons, ensemble, aux solutions efficaces d'avenir

et à la fin des aménagements contraignants archaïques

qui ont pour conséquence en France

l'injustice, le stress, l'inutilité, davantage de pollution, une sécurité amoindrie et un coût astronomique

 

 1- Redéfinir le concept "danger potentiel"

2- Automatisation des limites de vitesse & des arrêts en présence d'un piéton

 

Il n'y a pas de danger dans les rues désertes.

 Aucun aménagement ne protège vraiment l'instant important : piéton/chaussée/véhicule.

 Cet instant est bien réel pour les usagers responsables de leurs actes.

Les aménagements contraignants sont archaïques.

 

Lettre au Président de la République & Extrait du discours de Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale - 16-02-2017

 

 

1 - Redéfinir le concept "danger potentiel" en France

 

Constat

En France, avec le concept "danger potentiel", tout véhicule motorisé est considéré comme un danger.

Leur nombre également.

Tout lieu où il peut y avoir des piétons est donc considéré comme un endroit à protéger (milieu urbain en général, centre ville, école, mairie...)

Les passages piétons et tous les croisements sont également considérés comme un danger potentiel.

Avec la limitation de la vitesse des véhicules comme obsession.

A partir de ce raisonnement, la généralisation des aménagements contraignants semble justifiée (ralentisseurs, STOP, feux, plateaux, chicanes, poteaux, barrières...).

On parle de circulation douce, apaisée, sécurisée...

C'était une très belle idée de la sécurité...

En 2016, le concept est appliqué, par exemple, dans la très grande majorité des communes de l'Essonne.

La consultation des riverains ne fait qu'accentuer le problème.

 

Analyse

Le concept "danger potentiel" est inutile, injuste et nuisible.

Il est basé sur des peut-être. Il justifie, à tort, les actions des décideurs.

Les aménagements contraignants archaïques sont très souvent contraires à la sécurité.

Ils n'assurent pas vraiment la sécurité des habitants.

Conséquences : l'injustice, le stress, l'inutilité, davantage de pollution, une sécurité amoindrie et un coût astronomique

La généralisation des aménagements contraignants archaïques est une véritable catastrophe pour la France.

Le danger potentiel est virtuel. Les aménagements contraignants eux sont bien réels.

L'injustice :

Les victimes du concept "danger potentiel" en France sont les innocents...

Les cyclistes sont les plus touchés. Les responsables auront une grande responsabilité dans le non-essor du vélo urbain en France.

Le stress :

Il y a la permanence des contraintes et leur pénibilité, leurs nombres, leurs variétés, leurs disproportions.

 

Cette généralisation a pour conséquence des déplacements quotidiens de plus en plus invivables et une souffrance permanente (stress) pour des millions d'usagers et pour toute une génération.

L'inutilité :

La prolifération des panneaux inutiles n'est qu'un exemple.

Une sécurité amoindrie :

L'inutilité des aménagements sans piéton présent, la non-efficacité pour la protection réelle des piétons, la dangerosité de beaucoup d'aménagements.

Davantage de pollution :

Le gaspillage de l'énergie, les pollutions des particules fines des plaquettes de freins et des carburants aux STOP inutiles et une circulation hachée.

Un coût exorbitant :

Ces dépenses inutiles sont ruineuses à l'échelle d'un pays.  

 

La priorité doit-être une sécurité plus efficace, la lutte contre la pollution & l'intérêt général.

Il faut, donc, revoir en France le concept "danger potentiel" et les aménagements contraignants archaïques qui sont une catastrophe pour tous.

 

 

2 - Le futur : les solutions efficaces

 

Il y a eu la ceinture de sécurité, les airbags, le système ESP...

En matière d'aménagement, il faut, à présent, raisonner 21° siècle.

C'est dans l'évolution technologique des véhicules qu'il faut trouver les vraies solutions efficaces.

La limitation automatique des vitesses (liaison des données cartographique/GPS et du limiteur des vitesses) est presque déjà intégrée aux voitures actuelles.

Il faut réfléchir à l'équipement obligatoire des dispositifs automatiques de limitation des vitesses et d'arrêt en présence d'un piéton.

Pour les bandes de guidage pour les aveugles, la solution individuelle des GPS parlant sera bien plus efficace.

Avec pour conséquences une plus grande sécurité, une meilleure régulation des trafics, une lutte plus efficace contre la pollution et le réchauffement climatique.

 

Daniel Clerc (20/04/2017)

 

Dans 10 ans ?

En 2025, on parlera des années 2013/2017 comme l'époque de la folie des aménagements contraignants...

A cette date, l'équipement des véhicules avec des dispositifs de sécurité automatiques sera presque généralisé.

Les radars (1) ne serviront presque plus...

Les ralentisseurs et les chicanes continueront à gêner tout le monde.

Cela coutera très cher de les enlever...

L'urgence : redéfinir le concept et geler les projets...

 

La pollution s'attaque au cerveau et ce, dès la vie embryonnaire. 

Science & Vie n°1192

 

 

Appel au Garde des Sceaux

Au niveau de la société française toute entière, quand les actions injustes des décideurs vont à l'encontre de millions d'innocents, peut-on parler d'abus de pouvoir ?

Appel à la cour des comptes

Le concept "danger potentiel", inutile, injuste et nuisible, est en plus ruineux à l'échelle de notre pays.

Les futures solutions individuelles seront plus efficaces.

Justice & Droit ?

Les déplacements dans la plupart des communes sont devenus, d'une façon injuste et inutile, invivables et entraînent une souffrance permanente (stress) pour l'ensemble des usagers innocents.

 

 Propositions

Pour garantir la sécurité, doit-on aménager plusieurs ralentisseurs, chicanes et STOP dans chaque rue de toutes les villes et villages français avec la logique du danger potentiel partout ?

La généralisation est-elle souhaitable ???

Les conséquences des aménagements archaïques sont désastreuses !

 

En France, aveuglément des conséquences ?

 

La priorité actuelle, avec la logique du danger potentiel, est de vouloir sécuriser partout avec les aménagements contraignants qui vont avec.

C'est une sécurité amoindrie avec des déplacements pour tous de plus en plus pénibles.

Les maires ont l'impression, à travers ces réalisations visibles, d'exister.

Cela plait à une partie de la population, conditionnée par l'angoisse collective : "Ne va pas sur la route, c'est dangereux".

Une autre démarche :

Le danger potentiel est éventuel.

Au niveau d'une nation, vouloir réaliser des aménagements contraignants pour chaque supposition est une grave erreur.

Il faut donc redonner aux usagers de la route leur entière responsabilité.

Un exemple :

Zone 30

Ce qui est important, ce n'est pas le 30, c'est l'instant piéton sur la chaussée.

Un automobiliste roule légèrement trop vite...

... pas de piéton sur la chaussée -> pas de danger réel.

Donc pas de fixation sur l'excès de vitesse. Les usagers ont l'intelligence d'adapter leur vitesse à leur environnement.

La priorité vraiment importante :

Les rues désertes sont sans danger.

Les piétons sont en sécurité sur les trottoirs.

L'instant piéton sur la chaussée : le seul moment/lieu important.

Aménagements inutiles :

- un ralentisseur unique ne ralentit que l'espace de cet aménagement,

- ce n'est pas une vraie sécurité : le piéton engagé n'est pas protégé par le ralentisseur. A cet instant, le conducteur est le seul responsable.

- Les aménagements contraignants sont très souvent contraires à la sécurité.

Injuste :

Les "chauffards" sont là un dixième de seconde. Ils marquent les esprits.

Les aménagements pénalisent tous les usagers, tout le temps, bientôt partout et pour des décennies. Profondément injuste.

Conséquences nuisibles :

Les conséquences au niveau d'une nation : erreur dans le raisonnement, inutilité, injustice, effets contraires, dangerosité, stress, mauvais climat général, gaspillage de l'énergie et pollution, coût exorbitant.

- La multiplication des ralentisseurs et des STOP contre-nature entraine un stress permanent (fatigue, perte d'attention, détournement de ce qui est important, déresponsabilisation,

- Souvent, ils sont dangereux,

- Ils induisent des effets contraires,

- En mettre partout, alors que les usagers souffrent déjà dans les transports, va renforcer encore davantage un sentiment d'injustice profond,

- Vouloir faire arrêter artificiellement des millions de véhicules des dizaines de fois par jour est un non-sens au niveau du gaspillage d'énergie et de la pollution,

- Vouloir faire respecter les STOP aux cyclistes qui sont victimes de cette folie contre les voitures est également une aberration. Il faut donc, modifier le concept STOP en cédez-le-passage,

- Les équipements surdimensionnés et en trop grand nombre : le cerveau humain ne voit pas les panneaux inutiles,

- L'augmentation du flux de circulation est bien réel à certaines heures, malheureusement, les aménagements contraignants ne vont pas limiter les voitures... Par contre, ce qui est sûr, c'est qu'ils vont gêner de plus en plus d'usagers,

- La politique des chicanes, feux, STOP a pour conséquence, aux endroits et aux heures sensibles, à la création de nouveaux bouchons.

Analyse de la démarche de la consultation des riverains :

Tous les habitants des villes n'ont jamais envie d'avoir des voitures dans leur rue.

Et ils trouvent toujours que les voitures vont trop vite.

Ils sont donc toujours d'accord pour intensifier au maximum les contraintes d'aménagements puisqu'on peut, malheureusement, le faire en France.

On constate que, souvent, dans les résidences privées, les contraintes sont encore plus dures...

Sous couvert de démocratie, elle permet de justifier l'action du maire.

Demander l'avis aux riverains n'est donc vraiment pas une bonne solution.

 

Les idées directrices positives :

- lutter contre la pollution,

- avant tout ne pas nuire,

- des aménagements pour et non contre les usagers,

- l'intérêt commun,

- les automobilistes sont dans leur très grande majorité respectueux,

- les piétons sont en sécurité sur les trottoirs,

- il n'y a aucun danger dans les rues désertes,

- les contraintes, quand elles sont rares, sont très bien admises.  Leur nécessité est comprise.

 

 

Les conséquences des aménagements archaïques sont désastreuses.

Pour les maires, la priorité absolue doit être la prise de conscience que le concept "danger potentiel" en France est une grave erreur.

En France, dans un climat anxiogène, il y a un grave dysfonctionnement qui pénalise, de plus en plus, des millions d'usagers dans leur quotidien.

Cela concerne l'augmentation continuelle des aménagements contraignants dans les communes :  ralentisseurs, STOP et chicanes.

Les maires, trop centrés sur les dangers potentiels locaux, n'ont pas, tous, une vision globale sur les conséquences pour l'ensemble des usagers.

Pour éviter cette escalade négative, qui sera sans fin, les maires doivent-ils être déchargés de la sécurité publique ?

Confier cette responsabilité au département ou aux agglomérations

à condition que le concept "danger potentiel" soit abandonné sinon ce transfert de compétences serait inutile.

 

L'essor du vélo condamné par la généralisation des aménagements archaïques ?

 

 

 Propositions

 

Accueil Remonter Suivante